Après un été qui n’aura manqué ni de doigts de pieds ni d’éventails, John & Salomé revenait à la charge le 07 Septembre dernier au Brin de Zinc de Chambéry pour la première soirée de sa saison 17-18. Un événement intitulé The Glitch Rock Show, placé sous le signe des décibels cradingues, des rentrées étudiantes et de l’enterrement des contrats aidés, morts pour la patrie.

— la minute de silence réglementaire —  …

 

Pour cette occasion, la petite (mais survoltée) équipe de John & Salomé avait invité deux groupes Rhône-Alpiens adeptes de sueurs nocturnes et d’acouphènes, les biens-nommés Restless et Paranoid Cats.

C’est à Restless qu’est revenue la tâche aussi difficile que primordiale de démarrer les hostilités de la soirée. Le jeune groupe Chambérien, officiellement estampillé Stoner Rock (et tirant par moment sur des esthétiques sonores empruntées au Métal, n’ayons pas peur de le dire), a offert une très belle prestation au public du Brin de Zinc. Les musiciens de Restless (littéralement « agité », « anxieux » ou encore « incapable de trouver le repos ») auront fait honneur à leur crédo et n’auront pas ménagé leur efforts pour présenter un set maîtrisé et diablement efficace.

Forts d’une section rythmique bien en place et d’une tripotée de riffs à décoiffer un Fabien Barthez dans la fleur de l’âge, Restless aura fait impression et ses musiciens se seront montrés à la hauteur de leurs ambitions. Outre leurs compositions rentre-dedans, le groupe a également su s’aventurer hors de sa zone de confort et s’est risqué à présenter de nouveaux morceaux plus proches de la ballade que du stoner frénétique auquel il nous avait habitués. Un pari osé qui s’est avéré être une belle réussite puisque que ces passages plus aériens, loin d’entrer en opposition avec le reste du Live, ont permis au groupe de développer une atmosphère riche et noir pimentant avec brio leur esthétique musicale.

 

 

Ce fut ensuite aux deux musiciens de Paranoid Cats de reprendre les rênes pour deuxième partie de la soirée, et le moins que l’on puisse dire c’est que les deux compères n’auront pas ménagé leurs montures au cours de ce voyage musical. Les deux valentinois ont la fièvre du rock Garage et ils étaient bien décidés à le revendiquer haut et fort à leur public.

Organisée en duo basse / bat et chant grungie à souhait, la formule de Paranoïd Cats fonctionne à merveille. On a vite fait de mouiller le T-Shirt et certains se seront surpris à headbanger plus que de raison sur les riffs lancinants du duo dopé à la sueur. Sans artifices mais simplement à la force des bras, Paranoïd Cats rappelle à son public que vouloir c’est pouvoir et que p***tain, ils en veulent ! Ne pas aller chercher midi à 14h (ni à n’importe quelle autre heure d’ailleurs) et y croire lorsqu’on lance des gros « Yeah » dans le micro, c’est ce que ces musiciens défendent.

 

 

En transformant leurs cordes en martyrs et leurs cymbales en punching-ball, les deux musiciens d’identifient à un style, une attitude à la croisée des genres sans pour autant dénigrer la composition ni verser dans le parodique. L’énergie aussi débordante que communicative dégagée par le Live offert par Paranoïd Cats résonnera dans les murs du Brin de Zinc (et dans les tympans des pauvres âmes venues assister au concert sans leurs bouchons d’oreilles).

 

Bref, on peut avancer en tout état de cause et sans prendre trop de risques que The Glitch Rock Show a eu entre autres le mérite de donner le ton de la saison préparée par John & Salomé. Une saison résolument Rock, boostée aux stéroïdes et sans compromis d’aucune sorte (encore que, ne jurons de rien car comme l’a si bien dit ce philosophe Gaulois bedonnant en 50 avant J.C. : “Il n’y a que les menhirs qui ne changent pas d’avis”).

Cet article a 1 commentaire

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu
×
×

Panier